La Juventus plie face à Dortmund

Olympiastadion, Munich – 28/05/1997 – Finale
Dortmund
Dortmund
Riedle 29, 34 Ricken 71
3 - 1
Juventus
  • Del Piero 65
Juventus
Occasions à la pelle

"Ce fut une grosse surprise, la Juve avait de grands joueurs et était invaincue depuis deux ans." Ottmar Hitzfeld

1996/97

• Le Borussia Dortmund terminait avec neuf victoires en onze rencontres dans la compétition, ne s'inclinant qu'une seule fois contre le Club Atlético de Madrid. Aucun autre vainqueur de l'UEFA Champions League ne peut se targuer d'un aussi grand pourcentage de victoires.

• La saison 1996/97 voyait l'apparition d'une nouvelle innovation avec l'introduction des numéros pour toute la saison, même si le manager Walter Smith alignait les numéros 1 à 11 pour le premier match de la phase de groupes du Rangers FC pour une défaite 3-0 sur la pelouse du Grasshopper-Club.

• La compétition donnait lieu à sa première prolongation après une égalité parfaite sur les deux matches, l'AFC Ajax et le Club Atlético de Madrid disputant un quart de finale palpitant remporté 4-3 par les Néerlandais sur l'ensemble des deux rencontres.

Quatre visages familiers sont revenus hanter la Juventus lors de la finale de 1997 au moment où la malédiction des tenants de l'UEFA Champions League frappait à nouveau. Les champions en titre avaient chuté à la dernière haie lors des deux années précédentes et le dicton "jamais deux sans trois" s'est révélé exact pour la Juve face au Borussia Dortmund de Karl-Heinz Riedle. Jamais une revanche n'avait été aussi douce.

Une revanche en effet, car quatre ans plus tôt, l'équipe d'Ottmar Hitzfeld avait été terrassée 6-1 sur l'ensemble des deux matches par des Bianconeri implacables en finale de la Coupe UEFA. Le coup était atténué par l'arrivée de Julio César, Jürgen Kohler, Paulo Sousa et Andreas Möller en provenance des rangs de leurs bourreaux, et les quatre comparses apportaient leur culture de la gagne au Westfalenstadion, ce que la Juve allait découvrir.

Après avoir vaincu l'AFC Ajax en demi-finale, c'est l'équipe de Marcello Lippi qui arrivait en Bavière avec le costume de favori. Si Christian Vieri avait fait preuve de plus de sang-froid en début de rencontre, ils auraient pu tenir le haut de l'affiche. Au contraire, c'est Riedle qui éclairait la voie de l'équipe allemande avec deux buts en cinq minutes en milieu de première période.

Il amortissait d'abord de la poitrine le bon centre de Paul Lambert avant de crucifier Angelo Peruzzi puis il frappait à nouveau en reprenant d'une tête puissante un corner de Möller. Cependant, les Bianconeri n'étaient pas résignés. Zinédine Zidane échappait au marquage de Lambert pour frapper sur le montant, tandis qu'un tir de Vieri était dévié sur la barre.

L'attaquant de l'Italie s'était également vu refuser un but, mais la Juve trouvait enfin l'ouverture lorsqu'Alessandro Del Piero, entré à la mi-temps, reprenait habilement un centre d'Alen Bokšić. Les fans de Dortmund ont dû craindre le pire, mais le local Lars Ricken les soulageait rapidement. Seulement 16 secondes après avoir remplacé Stéphane Chapuisat, le joueur de 20 ans fonçait sur le ballon lancé en profondeur par Möller avant de lober Peruzzi en première intention. Le début d'un rêve ; une journée de rêve pour Dortmund.

Stars

  • Sammer

    Sammer a suivi les traces de son père Klaus au milieu de terrain avec le SG Dynamo Dresden et la RDA avant d'évoluer comme sentinelle devant la défense avec le VfB Stuttgart, le FC Internazionale Milano et le Borussia Dortmund. Premier allemand à jouer pour l'Allemagne réunifiée, Sammer connaissait son apogée en 1996 et 1997 lorsqu'il remportait le Championnat d'Europe de l'UEFA, l'UEFA Champions League et le Ballon d'Or en l'espace de 12 mois.

  • Möller

    Möller était promis au succès. Son sélectionneur chez les Espoirs allemands, Berti Vogts, déclarait que ses qualités de passeur et de buteur profiteraient un jour à l'équipe A. La prophétie se réalisait avec le rôle décisif qu'il a joué lors du succès de l'Allemagne à la Coupe du Monde de la FIFA 1990 et à l'EURO 96, tandis qu'en club, Möller remportait la Bundesliga et l'UEFA Champions League 1997 avec le Borussia Dortmund, ainsi que la Coupe UEFA 1993 avec la Juventus.

  • Del Piero

    "Il Fenomeno Vero" (le véritable phénomène) a fait sien le poste de numéro 10 au cours d'une carrière couvrant deux décennies à la Juventus. Aucun autre joueur n'a disputé autant de rencontres pour le club et n'a marqué autant de buts que lui. Peu de joueurs au monde peuvent se targuer d'un tel palmarès, qui comprend, entre autres, l'UEFA Champions League 1996, cinq titres de Serie A et la Coupe du Monde de la FIFA 2006. "Je suis certain que Del Piero ne vieillit jamais", a remarqué Diego Maradona.

Que s'est-il passé ensuite ?

• La Juventus connaissait de nouvelles misères en finale 12 mois plus tard face au Real Madrid CF et Marcello Lippi était de retour à la tête de l'équipe en 2003 lorsque l'AC Milan les battait 3-2 aux tirs au but, Paolo Montero manquant sa tentative.

• Le Borussia Dortmund achevait sa saison de Bundesliga trois jours plus tard par une victoire 2-1 sur le 1. FC Köln lui attribuant la troisième place. Les Allemands s'inclinaient face au Real Madrid en demi-finale de l'UEFA Champions League la saison suivante.

• Karl-Heinz Riedle quittait Dortmund cet été-là pour rejoindre le Liverpool FC mais il n'est jamais vraiment parvenu à s'imposer à Anfield. Lars Ricken, qui n'aura connu qu'un seul club, terminait sa carrière en 2008 avec 49 buts en championnat en 301 rencontres.

• Quatre ans plus tard, Ottmar Hitzfeld ne devenait que le deuxième entraîneur après Ernst Happel à remporter la Coupe des clubs champions européens avec deux clubs différents en guidant le FC Bayern München à la gloire face au Valencia CF.

• Lippi a conduit la Juventus à trois titres de Serie A supplémentaires en 1997/98, 2001/02 et 2002/03 (il a passé la saison 1999/2000 sur le banc du FC Internazionale Milano) avant de mener l'Italie au triomphe lors de la Coupe du Monde de la FIFA 2006.

Venez en parler

  • © 1998-2014 UEFA. Tous droits réservés.
  • Les désignations CHAMPIONS LEAGUE et UEFA CHAMPIONS LEAGUE, le logo et le trophée de l’UEFA Champions League ainsi que les logos de la finale de l’UEFA Champions League sont protégés en tant que marques et/ou droits d’auteur de l’UEFA. Toute utilisation de ces marques déposées à des fins commerciales est interdite. L’utilisation de la plate-forme UEFA.com implique que vous acceptez les Conditions générales et les Dispositions en matière de vie privée.